C’est d’accord, on poursuit ? (9)

Salut !

C’est d’accord, on poursuit ?

On peut ainsi nourrir admirablement bien les enfants, des tout-petits aux plus grands, avec une bouillie de farine d’épeautre, à la différence du froment qui entraîne tôt ou tard des carences à compenser par des compléments nutritifs.
Les semoules d’épeautre peuvent servir sans crainte à des malades; celle de froment en revanche, outre qu’elle n’est généralement guère appréciée, est susceptibles de provoquer des troubles manifestes et très gênants. L’effet est parfois pis encore avec le froment concassé, qu’il soit cru ou cuit, auquel tout connaisseur préfère l’épeautre pour sa fine et fraîche saveur, ce qui suppose un produit frais et bien conditionné.

Comment cela se fait-il ?

Un principe subtil guide le développement et la constitution de chaque plante (par le biais de gênes) ; si celui-ci est bon et en affinité avec la nature humaine, chaque partie de la plante aura sur l’homme un effet positif.
La nature subtile de l’épeautre étant intégralement bonne pour l’homme, il s’ensuit que toutes ses parties sont aussi bonnes les unes que les autres, y compris l’amande, avec ou sans glumes (son), et peut-être aussi ces dernières prises séparément.
Aucun des éléments constituants l’épeautre pris à part n’est nocif pour l’homme. la farine donne un pain blanc aussi bon pour la santé que le pain de farine complète.
Prenons-en note il n’y a que la farine d’épeautre (d’un blanc qui tire un peu sur le jaune) pour réussir un pareil exploit.

Nous verrons demain de quel exploit il est encore capable…

@+
Vous trouverez l’originale, enrichi de mes commentaires,  de ce que je transcrit ici sur le site http://www.epeautre.net/

Ce contenu a été publié dans Concernant le Site Opain.com. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *