L’épeautre confère la gaieté du cœur (11)

Salut !

Nous continuons à explorer cette graine…

L’épeautre confère la gaieté du cœur
Les hydrates de carbone contenus dans un grain d’épeautre possèdent toutes les vitamines nécessaires  à  leur  « gaillarde »  assimilation  par  l’organisme,  ce  qui justifierait la gaieté du cœur évoquée dans la définition. On ne se fatigue pas si vite, on accueil avec plus de joie ce qui est nouveau, inattendu ; on a précisément plus de cœur et d’entrain au travail.

L’épeautre confère la grâce d’une belle humeur
Il est un gros obstacle qui empêche les relations pacifiques entre les hommes, c’est la « bile noire » qui couve toutes les maladies grave nous dit sainte Hildegarde. C’est cette bile que l’on se fait, qui constitue pour ainsi dire notre pierre d’achoppement. La mélancolie elle-même avec sa négation du monde n’est autre chose que la forme la plus sévère de ce dérangement au quotidien. Pour mettre l’épeautre au service de la convivialité, et pour la joie de tous, on peut varier à loisir le mode de préparation. Tout le monde ne peut passe régaler d’une bouillie à base d’épeautre, d’eau et de sel (et de beurre). Pour une grande tablée, il faudra trouver le juste milieu entre le raffinement et la simplicité, de sorte que chacun y trouve son compte. La délicate saveur de l’épeautre permet des préparations culinaires aussi simples que raffinées, qu’on le destine à des invités ou à des malades. Il suffit d’avoir l’art et la manière de mitonner des petits plats d’épeautre -ou à base d’épeautre- c’est là le cœur de la cuisine hildegardienne. Il n’y a ni action nocive ni carence à redouter de quelque manière que l’épeautre soit apprêté.

L’épeautre transformé en pain
Si toutes les céréales ne sont pas panifiables, le pain de son côté ne convient pas non plus à tous le monde. La cuisson opère au niveau de la croûte et dans la pâte elle même des transformations qui peuvent, comme il a été prouvé, engendrer des problèmes de santé, ce qui n’est pas le cas de l’épeautre. bien que le pain soit plutôt considérer comme un aliment pour adulte, on pourrait en donner sans risque même à des  tout-petits,  mais  sous  une  forme  qui  leur  convienne,  comme  ces  farines alimentaires dont on fait des biscotte pour enfants. C’est précisément dans cette perspective que j’insiste beaucoup sur l’utilisation de la farine d’épeautre. les pains d’épeautre peuvent être naturellement très différent les uns des autres, depuis le beau pain blanc si délicat jusqu’au pain de farine complète à la fraîche saveur ; tous sont bons pour notre santé à tous. Après les enseignements du passé, cela tient plutôt du conte de fée. Il n’y a qu’une chose dont je prie instamment les boulangers : ne laissez pas brûler les pain d’épeautre. Donnez-nous des croûtes délicatement dorées.

Nous continuerons demain… en voyant comment l’épeautre se transforme en mets raffinés…

@+
Vous trouverez l’originale enrichi de mes commentaires de ce que je transcrit ici sur le site http://www.epeautre.net/ 

Ce contenu a été publié dans Concernant le Site Opain.com. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *